COVID 19

La situation du COVID19 n'a pas permis aux experts de réaliser l'évaluation de l'action de Naval Group au titre de 2019-2020. NATIXIS affiche un message informant les possesseurs d'action que toutes les opérations sont suspendues (pas de vente possible), dès qu'une nouvelle valorisation sera réalisée (reposant sur la fourniture par la DG des nouvelles perspectives après impact COVID19), nous recevrons des informations.

La CFE-CGC vous propose le lien suivant pour un projet de fabrication de visière pour les soignants.

Si vous avez ou si vous connaissez quelqu’un qui possède une imprimante 3D merci de faire suivre ce lien (sur vos réseaux sociaux aussi) si chaque possesseur d’imprimante 3D fabrique 10 ou 20 supports le nombre peut monter très vite.
Il y a deux solutions de production, soit le support de visière seul à envoyer à l’adresse indiquée( dans le lien) ou la visière en entier pour apporter là où sont les besoins près de chez vous hôpitaux, EHPAD, infirmières libérales…..

 

http://lafabrique.centralesupelec.fr/visiere/

Le document, envoyé par le CHU de Grenoble Alpes à ses équipes, décrit précisément toutes les étapes de fabrication du masque (13 étapes au total) : comment réaliser un patron, des pièces de tissu en coton et comment ensuite les assembler. Le document préconise aussi de laver son masque  "quotidiennement à son domicile à 30°C avec du détergent classique". 

Un modèle destiné à protéger les personnels qui ne prennent pas en charge les malades du Covid-19 !

Ce modèle n’est pas destiné au personnel qui prend en charge des patients atteints du Covid-19, précise le document, mais à tous les autres, qui travaillent en milieu hospitalier et sont mobilisés afin qu'ils puissent se protéger et continuer leur activité professionnelle.

Pièce(s) jointe(s)
Télécharger ce fichier : masque-tissu.pdfmasque-tissu.pdf366 kB
Télécharger ce fichier : Pas-a-pas-masque.pdfPas-a-pas-masque.pdf1728 kB

Voici une synthèse du projet d'accord sur le dispositif d'activité partielle qui pourrait être mis en place dès la semaine prochaine (à compter du 3à Mars) 
Faute d'accord ,c'est la loi d'urgence sanitaire qui s'applique, la date butoir est le lundi 30 mars 2020 au soir.
Rappel: le confinement est prolongé au 15 avril 2020.

Pièce(s) jointe(s)
Télécharger ce fichier : 200328 INFO NEGO CRISE mars 2020.pdf200328 INFO NEGO CRISE mars 2020.pdf181 kB

Ce site permet de suivre toutes les situations "sanitaires ou santé" en France

 

https://geodes.santepubliquefrance.fr

 

Vous trouverez ci dessous un lien vers une page proposant tous les documents pouvant vous aider dans cette situation si particulière liée à la crise Coronavirus-Covid-19.

Nous vous assurons que l’ensemble des DSC, DS CFE-CCC de Naval Group sont mobilisés et participent heure par heure et en temps réel, à des réunions de crise CSE pour analyser et peser chaque décision qui est prise en vue de la mise en place de tel ou tel dispositif, bien entendu en lien avec les directions.

N’hésitez pas à vous rapprocher de vos élus CFE-CGC pour savoir ce qui est prévu dans votre entreprise.

Les élus restent également à votre écoute et disponibles par mail et téléphone pour répondre à toutes vos demandes.

 

https://www.metallurgie-cfecgc.com/crise-coronavirus

 

Coronavirus : les dernières recommandations du ministère du Travail

Publiée le 16/03/2020

  • Alors qu’est désormais interdit l’accueil du public dans de nombreux établissements, tels que les restaurants, les musées ou les centres de loisirs, le ministère du Travail rend le télétravail impératif pour tous les postes qui le permettent. Un communiqué du 15 mars 2020 précise les modalités d’organisation du travail qui doivent être observées afin de limiter la propagation du Covid-19.

« Le moyen le plus efficace pour lutter contre la diffusion du coronavirus est de limiter les contacts physiques », rappelle le ministère du Travail dans un communiqué du 15 mars 2020 présentant les modalités d’organisation du travail à respecter. Pour  tous les postes qui le permettent, le télétravail est dès lors impératif. Pour ceux qui ne le permettent pas, les consignes d’hygiène relatives aux gestes « barrière » et les règles de distanciation sociale doivent être strictement appliquées.

Télétravail impératif pour tous les postes éligibles

« Chacun, employeur comme salarié, peut contribuer à lutter contre [la diffusion du Covid-19], en ayant recours, chaque fois que possible, au télétravail », indique le ministère du Travail. Ce dernier estime à près de huit millions le nombre d’emplois (soit plus de quatre emplois sur dix) compatibles avec le télétravail dans le secteur privé. Pour ces emplois, il est ainsi « impératif que tous les salariés […] recourent au télétravail jusqu’à nouvel ordre ».

Distanciation impérative pour les autres postes

Pour les emplois non éligibles au télétravail, le ministère du Travail appelle au respect des règles de distanciation. « Les gestes barrière et les règles de distanciation au travail sont impératifs », avertit-il. Ainsi, les entreprises doivent repenser leurs organisations en :

– limitant au strict nécessaire les réunions. La plupart peuvent être organisées à distance et les autres doivent être organisées dans le respect des règles de distanciation ;

– restreignant les regroupements de salariés dans des espaces réduits ;

– annulant ou reportant les déplacements non indispensables ;

– adaptant au maximum l’organisation du travail, par exemple via la rotation d’équipes.

Dans cette même logique, les restaurants d’entreprise peuvent rester ouverts mais doivent être aménagés pour laisser un mètre de distance entre les places à table. De plus, le ministère recommande l’étalement des horaires de repas.

Activité partielle pour les entreprises fermées ou au ralenti

Toutes les entreprises dont l’activité est réduite du fait du coronavirus, et notamment celles qui font l’objet d’une obligation de fermeture en application de l’arrêté du 14 mars 2020 (v. l’encadré « Quels commerces peuvent ouvrir ? », ci-dessous), sont éligibles au dispositif d’activité partielle. Ce dernier est activable de manière dématérialisée à l’adresse internet suivante : activitepartielle.emploi.gouv.fr.

« Actuellement, les services accordent l’autorisation d’activité partielle en moins de 48 heures », indique le ministère. Mais « compte tenu de l’afflux prévisible de demandes, il est possible que ces délais s’allongent de quelques jours ».

Les aides versées aux entreprises au titre de l’activité partielle seront calculées à partir de la date de demande, même si l’autorisation de l’administration intervient quelques jours plus tard. Pour rappel, le ministère du Travail remboursera aux employeurs l’intégralité des allocations d’activité partielle versées aux salariés (v. l’actualité nº 18021 du 16 mars 2020).

Les travailleurs indépendants et les employés à domicile ne sont pas éligibles au dispositif d’activité partielle. Toutefois, le ministère s’engage à présenter « une solution d’indemnisation » dans les prochains jours.

Télétravail ou arrêt de travail pour les parents

Enfin, alors que tous les établissements scolaires et structures d’accueil de jeunes enfants sont fermés à compter du 16 mars, le ministère rappelle que pour les parents d’enfants de moins de 16 ans, « le télétravail est la solution la plus adaptée ». À défaut de pouvoir en bénéficier et de solution de garde, le salarié peut « demander un arrêt de travail indemnisé, sans délai de carence et valable le temps que durera la fermeture de la structure d’accueil » de l’enfant. Cet arrêt maladie « ne nécessite pas d’aller chez le médecin pour obtenir un certificat ». Il doit être demandé à l’employeur qui ne peut pas le refuser.

L’employeur doit le déclarer et envoyer l’attestation à l’Assurance-maladie, en remplissant le formulaire accessible à l’adresse internet suivante : declare.ameli.fr(v. l’actualité nº 18015 du 6 mars 2020). L’arrêt est fractionnable : le salarié peut alterner entre travail et arrêt. Un seul parent pouvant en bénéficier à la fois.

QUELS COMMERCES PEUVENT OUVRIR ? Depuis le 15 mars, l’exécutif a ordonné par arrêté la fermeture des lieux « non indispensables », notamment les restaurants et les bars (Arr. du 14 mars, JO 15 mars, NOR : SSAZ2007749A). Ceux-ci peuvent toutefois assurer leurs activités de livraison et de vente à emporter. Un flou demeurait sur les commerces autorisés à ouvrir. Le Premier ministre avait évoqué, le 14 mars, les magasins alimentaires, les pharmacies, les banques, les bureaux de tabac et les stations-essence. Toutes ces activités sont énumérées par un nouvel arrêté paru le 16 mars (NOR : SSAS2007753A), ainsi que les grandes surfaces de différentes tailles, supérettes, supermarchés et hypermarchés. S’y ajoutent les revendeurs d’équipement automobile et de deux-roues, les fournisseurs des agriculteurs et leurs équipementiers, les vendeurs et réparateurs d’ordinateurs ou de téléphonie. Les blanchisseries et les services funéraires sont aussi ouverts.